• Le Chat Qui Dort

Fêtes privées, prostitution et trafic de drogue : les appart-hôtels sous haute-tension!

Peu de secteurs ont été épargnés par la crise sanitaire liée au COVID. Parmi ceux qui ont le plus souffert de cette crise, figure en bonne place le secteur du tourisme, et notamment hôteliers, plateformes internet de location de logements (Airbnb, Booking, Expedia), exploitants de gites, chambres d’hôtes et appart-hôtels. Les habitudes de consommation des clients ont été bouleversées :

  • On se décide le plus souvent en dernière minute

  • On part moins loin

  • On part plus souvent

Une autre conséquence inattendue de la crise pour tous les exploitants d’appart-hôtels comme Le Chat Qui Dort à Lille, a été le boom des événements indésirables survenues lors de séjours de clients « douteux ».

Deux phénomènes ont particulièrement touché les exploitants de meublés de tourisme :

1. La prostitution et le trafic de stupéfiants, autrefois principalement implantés dans la rue ou au sein de certains quartiers « chauds », se sont repliés dans des apparts-hôtels de standing. Le récent reportage dans l'émission "Zone Interdite" montrait des appartements réservés dans le luxueux 16ème arrondissement de Paris servant de lieux de prostitution. La discrétion des lieux, l’accès autonome et sans réception en ont fait des cibles de choix pour les dealers, prostituées et proxénètes.




2. Depuis les restrictions en vigueur dans les bars et restaurants, un deuxième phénomène s'est accentué : l'organisation de fêtes privées, le plus souvent dans des appartements loués sur Airbnb ou Booking.com. A la clé : dégradations d’appartements, importantes nuisances pour le voisinage, et aussi large propagation du virus. Chaque jour ou presque une mésaventure de ce type est relayée dans la presse. Airbnb, conscient du problème, a bien essayé d’y mettre fin :

Mais comment et avec quelles mesures s’assurer du respect de ces règles ?

Les mesures prises par le gouvernement se retrouvent alors contre-productives : l’économie du secteur tourne au ralenti, et le virus ne cesse d’accélérer sa propagation. Nombre de professionnels du secteur sont en colère.





Ils dénoncent l’incohérence des mesures gouvernementales et plaident pour un encadrement plus strict dans les bars / restaurants, plutôt qu’une interdiction.






Malheureusement, la ville de Lille et les hébergeurs ne sont pas épargnés par la recrudescence de ces phénomènes, malgré une vigilance accrue. Car ces nouveaux délinquants se sont aussi adaptés : il n’est plus rare de faire face à des usurpations d’identité, fausses cartes d’identités, cartes bancaires volées, réservations de dernière minute afin d’éviter les trop importantes vérifications, etc.


Au Chat Qui Dort appart-hôtel, nous avons fait un choix : celui de nos clients,

pour protéger la tranquillité de notre clientèle habituelle : voyageurs d’affaires et touristes venant visiter Lille.

Nous avons largement renforcé nos mesures de contrôle lors des réservations, quitte à perdre certains clients : caution CB plus largement appliquée, demande de copie de carte d’identité, installation de caméras de vidéo-surveillance dans les parties communes, refus de certaines demandes de réservation en cas de doute sur le motif du déplacement.

Nous sommes exigeants sur la qualité de nos appartements, et avons la même exigence quant au comportement de nos clients. C’est un choix fort et nous l’assumons. La satisfaction de nos clients restera toujours notre priorité, pour qu’aujourd’hui comme demain, et malgré tous les bouleversements actuels, vous vous sentiez au Chat Qui Dort comme à la maison, et voire mieux.